La vie en captivité modifie la relation entre le crâne et la mandibule chez le sanglier