Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Présentation de l’UMR > Équipes

Équipe 4 - Sociétés littorales, Milieux côtiers, ressources Aquatiques

publié le , mis à jour le

Direction  :Philippe Béarez, DR CNRS
Membres de l’équipe
Philippe Béarez, CNRS
Bouffandeau Laurie , doctorante
Boulen Muriel, INRAP
Clavel Benoit, CNRS
Delsol Nicolas , doctorant
Dufour Elise, MNHN
Durocher Marine , doctorante
Grouard Sandrine, MNHN
Lefèvre Christine, MNHN
Marrast Anaïs, doctorante
Robin Opale, INRAP
Rurua Vahine , doctorante
Serrand Nathalie, INRAP
Zorro Catalina , doctorante

La cohésion de cette équipe créée en 2006 réside dans le milieu exploité : mers, lacs, cours d’eau, estuaires… Dès lors que les sociétés étudiées ont un lien fort avec un milieu aquatique, ce milieu a alors une signification plus forte que les autres paramètres qui pourraient entrer en ligne de compte, qu’ils soient géographiques ou chronologiques. Sa spécificité et son contraste par rapport au monde aérien demandent des adaptations particulières et originales pour son appréhension et son exploitation.

Les axes

  • Axe 1 – L’homme face aux environnements côtiers
    Cet axe s’intéresse aux adaptations des sociétés humaines vivant sur le littoral et à l’exploitation qu’elles en ont fait. Les milieux aquatiques, marins, saumâtres, ou d’eau douce, sont envisagés ici en tant que source de subsistance et de matières premières pour l’homme, mais également en tant qu’élément fort de la construction mentale de ces sociétés.
    Comment et quand les côtes maritimes ont-elles été colonisées ? Quels niveaux techniques possédaient les groupes humains colonisateurs ? Comment ces sociétés tournées vers la mer ont-elles évolué au cours du temps ? Quelles étaient les espèces chassées ou pêchées, sont-elles les mêmes qu’aujourd’hui ? Quelle place dans l’alimentation et dans le développement de ces sociétés occupaient les ressources marines ? Comment se sont opérés la gestion mais aussi le partage des territoires maritimes ? Ces questions sont abordées dans le cadre de programmes de recherches menés sans limitations géographiques ou chronologiques, permettant ainsi d’enrichir l’approche comparatiste.
  • Axe 2 – Facteurs anthropiques et naturels de l’évolution de la biodiversité des milieux aquatiques
    Les milieux aquatiques constituent des écosystèmes d’une grande richesse et abritent une biodiversité où sont représentés de très nombreux maillons de la chaîne trophique. Ils enregistrent actuellement des modifications rapides, avec en particulier une diminution ponctuelle parfois drastique de certaines espèces. Or ces variations d’abondance, voire ces disparitions, sont repérées parfois très tôt dans l’histoire du peuplement humain des zones littorales.
    1) anthropiques : réaction des organismes à leur exploitation ; impacts de la pêche et de la collecte sur la biodiversité et sur les modifications de taille des individus ; influence de la présence humaine et des aménagements côtiers en découlant sur les migrations, la reproduction, l’habitat des espèces. L’étude de ces impacts trouvera sa meilleure expression sur le littoral français avec l’apparition de la pêche hauturière (B. Clavel, E. Dufour).
    2) biotiques : étude de la dynamique des peuplements aquatiques afin de mettre en évidence d’éventuelles fluctuations populationnelles liées à des compétitions interspécifiques ou des variations du milieu. Les récifs coralliens constitueront un atelier privilégié pour ce thème (P. Béarez, S. Grouard)
    3) abiotiques : reconstitutions paléoclimatologiques et paléogéomorphologiques. Cas des paléolagunes côtières du Pérou, d’Oman, du Brésil et de la Caraïbe (P. Béarez, C. Lefèvre, S. Grouard, E. Dufour).

zones d’étude de l’équipe SoLIMA