Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > A la Une

Après l’incendie de la charpente de Notre-Dame

par Marie-Pierre Ruas - publié le

par Kevin Poireault

A une semaine de la proposition au Sénat du projet de loi pour la restauration de Notre-Dame de Paris, un « chantier » a été mis en place au sein du CNRS pour récolter les données qui permettront de reconstruire la charpente détruite par l’incendie du 15 avril. Et surtout d’en apprendre plus sur son histoire.

La recherche académique s’empare de la cathédrale parisienne. Le « chantier CNRS Notre-Dame » lancé lundi 20 mai par Antoine Petit, PDG du CNRS, se décline en trois axes : la modélisation 3D de la cathédrale, l’analyse du métal, de la pierre et des vitraux, et enfin l’étude du bois carbonisé de la charpente.

Des arbres probablement plus jeunes

[...] Sur la question de l’âge, « on a beaucoup lu dans les médias qu’il s’agissait d’arbres de 300 ans. Il se trouve qu’à l’époque médiévale, ils privilégiaient plutôt des arbres jeunes, élancés et fins », relève Alexa Dufraisse.

Adapter les protocoles pour étudier le bois carbonisé

la suite :

https://www.industrie-techno.com/article/comment-les-scientifiques-vont-faire-parler-la-charpente-calcinee-de-notre-dame.56160