Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > A la Une

Cottoning on to Cotton (Gossypium spp.) in Arabia and Africa During Antiquity

par Myriam Méziou - publié le

Bouchaud C., Clapham A., Newton C., Tallet G., Thanheiser U. (2018) Cottoning on to cotton (Gossypium spp.) in Arabia and Africa during Antiquity. Dans Mercuri A., D’Andrea A., Fornaciari R., Höhn A. (eds) Plants and People in the African Past. Progress in African Archaeobotany. Cham : Springer, p. 380-426.

Les attestations de coton dans les textes et dans les archives archéologiques (graines, fibres et textiles) montrent l’émergence de centres de production de coton en Afrique du Nord-Est et en Arabie occidentale entre le 1er et le 4ème siècle après J.-C., parallèlement à l’expansion du commerce du coton. Ces découvertes peuvent correspondre aux deux espèces de coton domestiques de l’Ancien Monde : Gossypium arboreum L., probablement domestiqué dans la vallée de l’Indus et circulant depuis le 3ème millénaire avant J.-C., ou Gossypium herbaceum L., espèce africaine très peu connue, mais dont la présence est attestée en Nubie pendant l’Antiquité. Cette synthèse présente les données archéobotaniques, textiles et textuelles de l’Afrique du Nord-Est et de l’Arabie occidentale, et plus particulièrement les données archéobotaniques provenant de plusieurs sites situés au Soudan central (Muweis), en Basse-Nubie (Qasr Ibrim), en Égypte occidentale (Kellis, Amheida) et en Arabie du Nord-Ouest (Madâ’in Sâlih/Hegra). L’objectif de cette synthèse est a) de documenter comment la production de coton a été intégrée dans les économies agraires et commerciales et b) d’examiner les hypothèses actuelles concernant la distribution diachronique des deux espèces. Les résultats mettent en évidence l’importance du coton dans les différents agrosystèmes du 1er au 2ème siècle après J.-C. Au Soudan central, en Nubie et dans les oasis de Dakhleh, la culture du coton est apparue en même temps que d’autres nouvelles cultures tropicales/subtropicales, comme le sorgho (Sorghum bicolor) et le mil à chandelle (Pennisetum glaucum subsp. glaucum). Dans le nord-ouest de l’Arabie, le coton est la seule innovation agricole reconnue. Il semble que ces productions de coton aient d’abord eu lieu sous forme d’expérimentations locales avant de se développer dans le courant du IIIe siècle de notre ère, parallèlement au développement de la roue à eau dans la vallée du Nil. Le coton en Nubie, et peut-être dans d’autres régions voisines, correspond probablement à l’espèce africaine G. herbaceum, qui a vraisemblablement été domestiquée dans des régions africaines plus au sud, peut-être en Éthiopie. Nous suggérons que l’augmentation des échanges à travers l’Océan Indien pendant l’Antiquité a créé un contexte favorable à l’émergence de la production de coton et à son expansion avant la période islamique.

Voir en ligne : Lire l’article