Partenaires

CNRS


Search


Home > Animation de réseaux, collaborations

GDR 3644, BioarchéoDat

by Christine LEFEVRE - published on

Sociétés, biodiversité et environnement : données et résultats de l’archéozoologie et de l’archéobotanique sur le territoire de la France

De 2004 à 2008, l’unité a animé le projet ACR Archéologie du territoire national « Inventaire, premiers traitements et mise à disposition des données archéozoologiques holocènes du tiers nord de la France », afin de structurer la communauté nationale des archéozoologues pour réagir contre la dispersion et, finalement, la perte, des données archéozoologiques nationales.
L’unité a amplifié cette action, à partir de 2008, avec le partenariat du Muséum, du CNRS, de l’INRAP et du MCC et le soutien financier de l’ANR Corpus, dans le cadre du projet BioarchéoDat (2008-2011).
Sous le titre « Sociétés, pratiques et environnement : données et résultats de l’archéozoologie et de l’archéobotanique métropolitaines » et l’acronyme BioarchéoDat, ce réseau national a été animé par l’UMR 7209 entre 2008 et 2017 et a mobilisé une importante part de la communauté nationale des bioarchéologues du CNRS, de l’INRAP, des Universités, et de Collectivités territoriales.
Le nouveau contrat 2018-2021 est désormais sous la direction de Rose-Marie Arbogast, CNRS, (UMR 7044 ARCHIMEDE Strasbourg) et Marie-Pierre Ruas dir. adjointe, CNRS (UMR 7209, AASPE, Paris).

Objectifs :
* dresser l’inventaire des données archéozoologiques et archéobotaniques de France métropolitaine,
* à les ordonner, les conserver sur le long terme et les mettre à disposition de tous sous la forme de deux bases de données nationales ouvertes ou largement partagées, I2AF et ArboDat,
* à publier, région par région, une série de travaux de recherche présentant des synthèses chrono-culturelles critiques et raisonnées des données accumulées,
* à développer une vingtaine d’opérations collectives de recherche thématiques d’intérêt international concernant l’histoire de la chasse, de l’élevage, de la cueillette, de la fructiculture, de l’agriculture, de l’interaction entre pratiques agricoles et pastorales, et de l’environnement.
Ce projet a mobilisé pratiquement tous les laboratoires français impliqués dans l’archéozoologie ou l’archéobotanique, ainsi qu’une importante part des bioarchéologues de l’INRAP. Les résultats sont très positifs : I2AF réunit 4680 références bibliographiques (111 560 données faune ; 57 600 données flore), ArboDat a été mis en place, 35 articles et 2 ouvrages, tous collaboratifs, sont parus, 95 communications ont été présentées aux colloques, 5 tables rondes ont été organisées, 21 diplômes (Master, Thèses) ont été engagés et souvent menés à terme. En outre, des liens se sont établis au sein de la communauté, valorisant le travail des chercheurs INRAP. Les institutions partenaires continuent de soutenir le projet au-delà de la période de financement ANR.

Les 22 laboratoires du réseau BioarchéoDat (archéozoologie en jaune, archéobotanique en vert)

Au service de grandes questions sociétales concernant l’interface homme-société-environnement-biodiversité, l’archéobotanique et l’archéozoologie produisent des quantités considérables de données souvent difficiles d’accès et trop peu valorisées. Ce projet de GDR vise à réunir les corpus de données bioarchéologiques dans des bases de données partagées, à utiliser, nourrir et valider ces dernières par une série de recherches collaboratives, à consolider les liens existant dans la communauté scientifique au-delà des limites institutionnelles et à valoriser les travaux de cette communauté scientifique émergente.

Ce projet bénéficie de l’expérience accumulée durant ces vingt dernières années, notamment au sein du réseau BioarchéoDat (2008-11) soutenu par l’ANR, l’INRAP, le CNRS et le Muséum. Il est en interaction étroite avec le GDR 3591 ‘Taphonomie, Environnement et Archéologie’ (resp. J.P.Brugal) et le GDRE Bioarch qui poursuit les mêmes objectifs à l’échelle européenne.

Le réseau national et interinstitutionnel, ainsi constitué pour quatre années (2014-18), réunit la presque totalité des scientifiques concernés par la thématique, soit 145 statutaires du CNRS (72), de l’INRAP (31), du Muséum national d’Histoire naturelle (11), du Ministère de la Culture et de 15 universités françaises. Ils représentent 21 laboratoires sur les 22 identifiés. Une attention particulière est accordée aux jeunes chercheurs, notamment les doctorants et les post-doctorants, dont le nombre s’élève à environ 80. Des chercheurs en bioarchéologie travaillant dans les collectivités territoriales et les opérateurs privés de l’archéologie préventive pourraient rejoindre le réseau d’ici peu.

Le travail est organisé en quatre opérations qui fédèrent des ateliers ou groupes de travail proposés chaque année :

1. Journées d’échange et de formation (coord. C. Callou (Muséum, UMR AASPE) et Aurélie Salavert (Muséum, UMR AASPE)), destinées à assurer une meilleure circulation et une mise en commun des techniques, notamment celles qui relèvent des bases de données. Deux réunions annuelles devraient être consacrées aux bases de données ArboDat© et OssoBook© destinées à l’encodage des données brutes de l’archéobotanique (macrorestes) et de l’archéozoologie, respectivement. D’autres journées sont à l’étude : initiation ou perfectionnement en statistiques et analyse des données quantitatives, techniques de prélèvement et d’échantillonnage adaptées aux différentes voies analytiques et conditions de terrain (rythme et surface couverte entre fouille programmée et fouille préventive), techniques avancées de morphométrie traditionnelle et/ou de morphométrie géométrique, estimation et traitement des âges d’abattage des mammifères…

2. Ateliers méthodologiques (coord. Philippe Poirier (INRAP., UMR ISEM), Marie-Pierre Horard (Univ. Tours, UMR CITERES)), visant à réunir de petits groupes d’experts pour élaborer (et publier) des critères et standards dans les domaines où ils font le plus défaut. Plusieurs thématiques sont à l’étude (minimum méthodologique commun, stratégies d’échantillonnage, critères d’identification des fruits de Cyperaceae, modélisation en palynologie…).

3. Réalisation et publication de synthèses régionales (coord. Chantal Leroyer (Min. Cult., UMR CreAAH), Stéphane Frère (INRAP, UMR AASPE)),
pour présenter et critiquer, à l’échelle d’une région et d’une période chronologique, le corpus de données bioarchéologiques disponibles, et le resituer dans les contextes et problématiques géomorphologiques, paléoenvironnementaux, archéologiques, historiques et culturels ; valider (ou invalider) les données des bases de données correspondant à la région étudiée ; valoriser et compléter les bases de données. Ce travail est fortement connecté au développement de la base de données nationale I2AF et à sa présentation en ligne sur le site de l’INPN. Une liste d’opérations régionales existantes ou en gestation est en cours d’élaboration.

4. Recherches thématiques et collaboratives (coord. Bénédicte Pradat (INRAP., UMR AASPE), Emmanuelle Vila (CNRS, UMR Archéorient)),
qui visent à stimuler les interactions et collaborations interdisciplinaires et interinstitutionnelles à travers la production de patrons, l’analyse de processus et la construction de scénarios diachroniques d’interactions entre sociétés, biodiversité et environnement, pour le Tardiglaciaire et l’Holocène. Ces recherches se développeront préférentiellement à partir des bases de données, les nourriront et contribueront à leur validation. Des ateliers et tables rondes seront organisés périodiquement par (et pour) chaque groupe de travail.

Dix-sept thématiques ont été proposées initialement :
Z1. Petit gibier
Z2. Animaux anthropophiles/commensaux
Z3. Origine de l’élevage au PO /Europe
Z4. Pratiques d’élevage
Z5. Invasions et extinctions en France
Z6. Dépôts animaux en France
Z7. Ch. opératoire de la viande
Z8. Histoire de la pêche
Z9. Artisanat des MDOAV*
B1. Dynamiques forestières
B2. Cultures et pratiques culturales
B3. Plantes exotiques
B4. Fructiculture et consommation de fruits
ZB1. Dynamiques des associations faune-flore
ZB2. Alimentation animale, fourrage
ZB3. Stockage et conservation des denrées
ZB4. Archives bioarchéologiques

La réunion de lancement de BiarchéoDat a réuni près de 80 personnes au Jardin des Plantes, le 5 février 2014. Le Comité de pilotage, composé des représentants des laboratoires partenaires, s’est réuni à la suite. Il a établi la liste des membres du Conseil scientifique, a arrêté les grandes lignes du budget pour 2014 et a fixé les modalités d’adhésion des Collectivités territoriales et des Opérateurs privés de l’archéologie préventive (alimentation des bases de données nationales, emploi avéré de chercheurs ou ingénieurs spécialistes en bioarchéologie, mise à disposition de journées/hommes et de crédits de mission pour que ces personnels participent aux activités du GDR, respects des clauses d’utilisation des données inscrites dans la convention).

JPEG - 25.3 kb

* Matières Dures d’origine Animale ou Végétale