Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Thèses de l’UMR

Thèses en cours

par Christine LEFEVRE - publié le , mis à jour le

Doctorants inscrits au Muséum national d’Histoire naturelle

- Bochaton Corentin
Directeurs de thèse : A. Tresset, I. Ineich.
Contact : corenboch@gmail.com
Sujet : Squamates du Pléistocène supérieur et de l’Holocène de l’archipel guadeloupéen : évolution de la biodiversité et interactions avec l’Homme.

- Borgès Caroline
Directeurs de thèse : C. Lefèvre, S. Grouard, L. Figuti.
Contact : cborges@mnhn.fr
Sujet : Exploitation des animaux par les populations de pêcheurs - chasseurs - cueilleurs des sambaquis du Bassin de Santos, São Paulo, Brésil.

- Dabrowski Vladimir
Directeurs de thèse : M. Mashkour, J.-P. Van Staëvel.
Contact : vladimir.dabrowski@gmail.com
Sujet : Environnements, économies agricoles et échanges en Arabie orientale aux périodes antique et médiévale (4ème siècle av. notre ère – 16ème siècle de notre ère) : Approches archéobotanique et archéoentomologique.

- Ergun Müge
Directeurs de thèse : M. Tengberg, M. Özbaşaran .
Contact : ergunmuge@gmail.com
Sujet : The social and economic structure of the first agricultural communities of Central Anatolia in the light of archaeobotanical remains from Aşıklı Höyük (La structure sociale et économique des premières communautés agricoles de l’Anatolie centrale vue par l’étude des restes archéobotaniques d’Aşıklı Höyük).

- Kerr Elizabeth
Directeurs de thèse : A. Tresset, A. Herrel.
Contact : lizmkerr@gmail.com
Sujet : Variation of Apodemus mandibular morphology during the Holocene : functional implications.

- Manin Aurélie
Directeur de thèse : C. Lefèvre, G. Péreira
Contact : amanin@mnhn.fr
Sujet : Aspects matériels et symboliques de l’exploitation des animaux dans le nord de la Mésoamérique, de l’époque Classique (200-900 ap. J.-C.) à la Conquête (1521).

Doctorants accueillis au Muséum national d’Histoire naturelle

- Decaix Alexia
Directeurs de thèse : M. Tengberg, M. Casanova
Contact : alexiadecaix@yahoo.fr
Sujet de thèse : Origine et évolution des économies agricoles dans le sud du Caucase. Recherches archéobotaniques dans le bassin kuro-araxe.
Résumé : La Transcaucasie, à la frontière entre Europe et Asie, a constitué de tous temps un important point de rencontres entre différentes sphères culturelles. A travers l’étude archéobotanique de sites archéologiques situés dans les vallées de la Kura et de l’Araxe couvrant une période allant du Néolithique à l’Âge du Fer (Mentesh Tepe, Kamiltepe, Ovçular Tepesi, Kül Tepe, région du Lenkoran), plusieurs questions seront abordées.
Tout d’abord la question de l’émergence et de l’organisation des économies agricoles du Néolithique dans le Sud du Caucase, au VIème millénaire, sera étudiée et notamment l’origine des premières plantes domestiquées : s’agit-il d’introductions venant du Proche-Orient ou de domestications locales ?
Un deuxième point à aborder sera celui de l’évolution des pratiques agricoles à travers le temps et leur adaptation aux conditions environnementales régionales aussi bien qu’aux conditions culturelles et sociales du Chalcolithique au début de l’Âge du Fer (Vème-IIème millénaire BC). La question de l’exploitation de ressources sauvages (cueillette de fruits, graines et tubercules, collecte de bois) au sein d’économies agricoles sera également traitée.
Enfin, un troisième sujet étudié sera, à travers l’étude de charbons de bois provenant des sites archéologiques, la reconstruction des communautés végétales avoisinant les sites des vallées de la Kura et de l’Araxe par le passé.
Différents types de restes de plantes collectés sur les sites archéologiques de la région étudiée seront analysés : les charbons de bois, les graines et fruits carbonisés ainsi que les empreintes de plantes que l’on peut retrouver sur les poteries ou les briques crues. L’approche sera donc pluridisciplinaire : l’anthracologie (étude des charbons de bois) et la carpologie (étude des graines, fruits) seront utilisées.
En parallèle de ces analyses, une étude ethnobotanique est envisagée notamment, dans le village de Dize au Nakhichevan (près d’Ovçular Tepesi) où les pratiques agricoles semblent être restées très traditionnelles.

- Douché Carolyne
Directeurs de thèse : P. Butterlin , M. Tengberg
Contact : carolyne.douche@gmail.com
Sujet de thèse : Naissance de l’agriculture au Proche Orient : Apport des nouvelles données archéobotaniques de Damascène et du Levant.

- Duval Colin
Directeurs de thèse : E. Lorans, M.-P. Horard-Herbin
Contact : colin.duval-2@etu.univ-tours.fr
Sujet de thèse : Les modifications de la forme du cochon domestique entre la fin de l’âge du Fer et le Moyen âge en Gaule et en France. Régionalisme, acquisitions zootechniques et implications historiques.
Résumé : En Gaule et en France, entre la fin de l’âge du Fer et le Moyen âge, la morphologie des animaux domestiques évolue de manière significative. Les ossements mis au jour par les archéologues offrent l’image d’un cheptel dont les individus vont croître et devenir plus robustes au fil des ans, dès la fin de l’âge du Fer (environ 400 avant J.-C.) et tout au long de la période romaine (jusqu’au VIe siècle de notre ère environ), pour rétrécir ensuite au cours du Moyen âge. S’il semble évident que de telles modifications procèdent, dans un premier temps, d’une influence romaine toujours grandissante, puis dans un second temps, du changement de modèle économique intervenu dans le courant du VIe siècle, les mécanismes d’élevage et les dynamiques évolutives ayant mené à l’apparition d’animaux aux morphotypes nouveaux restent peu décrits, et souvent mal compris.
Pour appréhender au mieux un tel phénomène, l’étude doctorale que nous menons se concentre sur une espèce centrale dans l’alimentation gauloise : le cochon, et couple des approches morphométriques sur le squelette appendiculaire de l’animal à une quantification, par le biais de la morphométrie géométrique, des phénotypes dentaires. La première approche a pour but de préciser les rythmes de croissance du porc au fil du temps et de juger de l’homogénéité géographique de ces changements. L’approche des phénotypes dentaires permettra quant à elle d’observer la diversité ou les proximités chronologiques et géographiques des populations porcines afin de juger, d’une part, de l’hétérogénéité morphologique du cheptel indigène, et d’en déduire, d’autre part, l’origine locale ou exogène d’individus aux caractéristiques physiques nouvelles.
A terme, ce travail permettra de mieux caractériser les pratiques d’élevage en Gaule à l’échelle du micro territoire, et de mettre en lumière des particularismes locaux, d’un point de vue zootechnique, ayant trait à l’aspect physique du cochon, dans le but d’augmenter la production de viande ou même sa qualité. Ces observations soulèveront de nombreuses autres questions quant à l’apprentissage ou le développement de méthodes d’élevage nouvelles en Gaule, de leurs applications selon les régions, de leur degré d’assimilation, de la dynamique de leur mise en pratique, ou encore de la nature même de ces méthodes.

- Parès Andréa
Directeur de thèse : M. Tengberg
Contact : pares@mnhn.fr
Sujet de thèse : Environnement et économie végétale du Néolithique acéramique de Chypre, étude archéobotanique de Khirokitia.
Résumé : Le sujet de l’étude porte sur les interactions entre les sociétés et leur environnement, à travers l’étude archéobotanique du site de Khirokitia (Chypre), entre le septième et le sixième millénaire av. n. ère. Alors qu’un mode de vie agro-pastoral est tout juste acquis au Proche-Orient, la colonisation de l’île est l’un des premiers exemples de la diffusion de l’agriculture, vers la Méditerranée orientale.
L’étude comprend l’analyse de macrorestes botaniques, collectés de manière systématique à Khirokitia depuis 1976 (fouilles françaises dirigées par A. Le Brun, CNRS, UMR 7041). L’étude carpologique porte majoritairement sur des graines mais aussi d’autres éléments de la plante (racines, endocarpe, branche, fruit entier) et des empreintes laissées dans la terre à bâtir (brique crues, mortiers). Le matériel permettra d’approcher l’évolution de l’économie végétale d’une communauté villageoise insulaire sur presque mille ans et, plus particulièrement, les agrosystèmes, les pratiques culturales (récoltes, battages), l’impact des pratiques humaines sur l’environnement méditerranéen (exploitation du bois, agriculture, élevage) ainsi que les particularités évolutives de l’agriculture chypriote, héritière du Proche-Orient. Ce projet de thèse s’inscrit dans un programme scientifique d’envergure, développé à Khirokitia. Il fait suite à des études archéobotaniques préliminaires (Miller N.F., 1984 ; Hansen J., 1989,1994) dont une première synthèse archéobotanique sera réalisée.

- Salesse Kevin
Directeurs de thèse : D. Castex, E. Dufour
Contact : kevin.salesse@gmail.com
Sujet de thèse : Bioarchéologie d’une population victime d’une crise mortalité. Le secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin à Rome (Ier-IIIe siècles) : ostéobiographie et mobilité résidentielle des inhumés.
Résumé : Des ensembles funéraires particuliers ont été récemment découverts dans le secteur central de la catacombe Saints-Pierre-et-Marcellin à Rome. Ils correspondent au dépôt simultané de près de 3 000 défunts, témoignage d’une crise de mortalité majeure, de nature jusqu’à présent inconnue (peste, variole, typhus, dysenterie, etc.) et datée par 14C entre le Ier et le IIIe siècle après notre ère.
Les premières études archéologiques et anthropologiques indiquent une population plutôt aisée (textiles, fils d’or, embaumement, plâtre, ambre, résines) usant de pratiques funéraires rares à Rome pour l’époque concernée.
L’originalité, mais également la nature, la qualité et la quantité des vestiges mis au jour sont particulièrement propices à une étude ostéobiographique approfondie de façon à caractériser la population inhumée au cœur de la catacombe.
Mes recherches concernent l’étude de l’homogénéité de cette population par une approche multi-élémentaire (δ13C, δ15N, δ18O, δ87Sr) et diachronique à l’échelle individuelle (fractions organique versus minérale des restes humains et plus spécifiquement des dents, os et cheveux) et populationnelle. Il s’agit notamment de déterminer l’origine des sujets dont le traitement funéraire laisse supposer des pratiques exogènes et de caractériser les profils alimentaires de ces mêmes individus. Mes travaux visent également à déterminer la distance biologique entre les sujets inhumés dans la partie centrale de la catacombe en menant une étude exhaustive des caractères discrets dentaires, et dans une moindre mesure les caractères discrets postcrâniens, afin d’appréhender au mieux le recrutement de ces ensembles et ainsi participer à la discussion sur la nature même de la crise. Les approches isotopique et ostéologique participent ainsi à l’identification de la population inhumée. Des études similaires sont menées sur des populations urbaines et rurales d’Italie datées entre le Ier et le IIIe siècle après notre ère dans un but comparatif.
Enfin, mes investigations impliquent un travail méthodologique et critique concernant les protocoles traditionnellement mis en œuvre lors des études isotopiques (préservation des biopatites, réflexion autour des contaminations des vestiges humains).

- Sheikhi Shiva
Directeurs de thèse : J.-Y. Monchamber, M. Mashkour
Contact : shiva_sheikhi1@yahoo.com
Sujet de thèse : L’évolution du Pastoralisme dans le Sud-ouest de l’Iran, du 6e millénaire au 3e millénaire av. J.-C.
Résumé : Le processus de formation des cités états et des sociétés urbaines est une question essentielle pour les archéologues travaillant au Proche et au Moyen Orient.
Cette question sur le Plateau iranien a été explorée par rapport au rôle des sociétés mobiles et nomades. La présence des sociétés nomades sur l’ensemble de cette région est la raison principale pour laquelle les archéologues croient et pensent que cette pratique avait une origine très lointaine. De plus, la situation géographique et climatique du plateau iranien, favorise le recours à la mobilité.
Notre objectif dans ce travail est de réunir des données relatives à la gestion des animaux et en particulier du bétail dans les sites préhistoriques, à partir du 5e millénaire, dans la région du Zagros afin de documenter l’origine et les modalités de ce mode de vie sur le Plateau iranien. Pour cela, il est important d’explorer les liens entre les sociétés sédentaires et mobiles (nomades) et leur mode d’interactions ainsi que de comprendre les mécanismes économiques des sociétés pastorales, rurales, proto-urbaines et urbaines de cette région en ce qui concerne leurs modes de production, de gestion et de distribution des ressources animales.