Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Annuaire

BONNAIRE Emmanuelle

Carpologie, Alimentation végétale, Agriculture et exploitation du territoire, Époques protohistoriques et historiques, Empreintes végétales, Terre à bâtir, Nord-est de la France

Muséum national d’Histoire naturelle
UMR 7209 du CNRS
Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements
55 rue Buffon - Case postale 56
75005 Paris (France)
33(0)3 90 58 55 72 - 07 60 20 23 63
emmanuelle.bonnaire@archeologie.alsace





Statut
Attaché de conservation contractuelle à Archéologie Alsace
Chercheur associé à Bibracte, EPCC, Centre européen de Recherche

Principales fonctions
Carpologue en Archéologie Préventive, études du Néolithique, à l’époque contemporaine, archéobotaniste, spécialiste des empreintes végétales dans les matériaux de construction (adjuvants)

Thèmes de recherche
Mes recherches s’effectuent généralement lors des post-fouilles des opérations d’archéologie préventive, tant dans les contextes ruraux que dans les contextes urbains. Ces dernières se localisent principalement en France septentrionale et plus spécifiquement dans la région Grand est. Certains travaux sortent de ce cadre, lorsque j’effectue des observations ponctuelles sur des matériaux de construction.
La majeure partie du temps, j’étudie les macro-restes végétaux de plantes cultivées et sauvages (sous diverses formes de conservation) d’un point de vue diachronique. Mes recherches documentent donc l’économie végétale des sociétés protohistoriques et historiques. Par la carpologie, les études renseignent sur l’alimentation (humaine et animale), les modes agricoles et l’anthropisation du paysage. Il s’agit de décrire l’impact des sociétés humaines passées sur les environnements végétaux. Mes thématiques tendent vers la compréhension de l’interaction entre les populations humaines et végétales.
Je complète ces recherches par des analyses des adjuvants végétaux dans les terres à bâtir. Ces éléments organiques sont bien souvent disparus. Seules leurs empreintes dans le sédiment sont visibles. Il s’agit de les identifier et de documenter les techniques de construction et indirectement l’économie végétale des sites. Ces observations s’effectuent sur tout type de matériaux de construction de toutes époques passées et de toutes régions.

Travaux en cours
Etudes archéobotaniques des opérations d’Archéologie préventive en Alsace et dans le Grand Est.
Etudes environnementales du Mont Beuvray, Centre Archéologique Européen, Bibracte (juillet 2009 - ) Carpologie (analyse, formation des étudiants au traitement des prélèvements, conseil auprès des équipes, etc) et Archéobotanique + réunions des chercheurs associés.

Enseignement
Enseignement en masters :
- Université de Paris IV, INHA, 13 décembre 2012, Quand l’Archéologie préventive (ou pas) veille aux grains, présentation des disciplines de l’Archéobotanique.
- Université de Metz 2010, L’archéobotanique
- Université de Reims Champagne Ardenne 2009, L’archéobotanique
- Université de Metz 2008, L’archéobotanique, diversité des disciplines

Parcours
- Master 2 Recherche Archéologie - Spécialité Archéologie environnementale, Option Archéobotanique -, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Étude des empreintes et des phytolithes des céréales utilisées comme dégraissant. Applications sur du torchis de Kovačevo (Bulgarie) »
- Maîtrise d’Archéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les empreintes végétales dans les briques crues de construction. Identification des céréales utilisées comme dégraissant »
- Contractuelle au sein d’opérateurs d’Archéologie préventive

Principales publications
Bonnaire E., à paraitre, « La vigne en Champagne. Témoins archéobotaniques et données historiques de la viticulture et de la viniculture à la période médiévale », in ROVIRA N.(dir.), Plantes, produits et pratiques : diffusion et adoption de la nouveauté dans les sociétés préindustrielles, Actes des Rencontres d’Archéobotanique, Montpellier, 13-16 octobre 2010.
BONNAIRE E., 2016, « Les murs ont des glumelles... Etude du dégraissant végétal d ela terre à bâtir, indices de techniques et de savoirs-faires », in ISSENMANN R., NICOLAS T. (dir.), Actes de la journée d’étude de l’APRAB, 1er mars 2013, L’usage de la terre à bâtir en France non méditerranéenne durant la Protohistoire  : du petit mobilier à l’architecture, Musée d’Archéologie Nationale : Bulletin de l’APRAB, supplément n°2, pp. 107 114.
BONNAIRE E., 2016, « Etude archéobotanique préliminaire des briques crues », in CALLEGARIN L., KBIRI ALAOUI M., ICHKHAKH A., ROUX J.-C. (éd.), Rirha  : site antique et médiéval du Maroc. Période Maurétanienne (Ve siècle av. J. - C.-40 ap. J.-C.), Madrid : Casa de Velazquez, pp. 80 84, coll. « de la Casa Velazquez », 151, II, III.
BONNAIRE E., 2016, « 3.2 La Carpologie », in LEMANT J.-P., MOULIS C. (dir.), Le Château des Fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil, Nancy : PUN-Éditions Universitaires de Lorraine, pp. 113 118
BONNAIRE E. , 2014, « Use of Crop-Processing By-Products for Tempering in Earthen Construction Techniques », in CHEVALIER A., MARINOVA E., PEÑA-CHOCARRO L. (éd.), Plants and People. Choices and Diversity through Time, Oxford : Oxbow Books, pp. 282 286, coll. « EARTH », 1.
BONNAIRE E., MATTERNE V., 2013, « Témoins de la viticulture et viniculture en Champagne aux époques romaine et médiévales  : restes carpologiques et structures archéologiques », in DEMOUY P., MORELL M.-H. (dir.), De la vigne en Champagne au vin de Champagne., Dijon : Editions Universitaires de Dijon, pp. 9 36, coll. « CERHIC/Chaire UNESCO Culture et tradition du vin ».
BONNAIRE E., WIETHOLD J., 2010, « L’alimentation médiévale dans l’Est de la France à travers des études carpologiques de sites champenois et lorrains », in Des hommes et des plantes  : exploitation du milieu et des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours, actes des Rencontres 24-26 octobre 2009, Antibes : DELHON C., THERY-PARISOT I., THIEBAULT St., pp. 161 192, coll. « 2d. APDCA ».
BONNAIRE E., TENGBERG M., 2007, « Eléments pour l’identification des empreintes végétales dans la terre à bâtir (Dégraissants organiques) », in VAN DOOSSELAERE B., OBERWEILER C. (éd.), Dégraissants organiques  : identifications, nomenclatures et référentiels, Cahier des thèmes transversaux ArScAn, Nanterre : pp. 80 85.
LEFEBVRE S., BONNAIRE E., LACROIX S., REVERTER-GIL O., 2014, « Caractérisation de la consommation d’origine animale et végétale dans une exploitation agropastorale du début de l’Antiquité à Vitry-en-Artois (Pas-de-Calais) », in Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, Actes du Xe congrès AGER, Université Charles-de-Gaulle Lille 3 : Revue du Nord, pp. 129 149.
TOULEMONDE F., DURAND F., BERRIO L., BONNAIRE E., DAOULAS G., WIETHOLD J., 2015, « Records of « new » glume wheat in France : a review », Vegetation History and Archaeobotany, 24, 1, pp. 197 206.

Publications E. Bonnaire