Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Annuaire

LAZZERINI Nicolas

Isotopes stables – Pastoralisme – Ecologie du mouvement - GPS

Contact : nilazzerin@gmail.com

Statut
Doctorant (Labex BCDiv)

Intitulé de thèse
Pratiques d’élevage et mobilité en Mongolie aux périodes actuelles et anciennes : approche géo-satellitaire et isotopique à haute résolution
Directeurs : Zazzo Antoine (Géochimiste, UMR 7209) ; Lepetz Sébastien (Archéozoologue, UMR7209)

Thème de recherche
En Mongolie, le pastoralisme nomade est actuellement la principale stratégie pour exploiter au mieux les ressources disponibles (eau, herbage), gérer leurs fluctuations spatiales et saisonnières et faire face aux irrégularités climatiques. Diverses stratégies sont adoptées en fonction de l’environnement. Dans les zones de steppe, les campements sont installés en plaine l’été et à flanc de colline durant les saisons froides. C’est l’inverse dans les zones de montagne où les troupeaux sont déplacés entre des pâturages d’altitude en été et des zones plus basses le reste de l’année. Outre la disponibilité des ressources, ce modèle général de nomadisation annuel prend en compte de nombreux paramètres (abri du vent, protection vis-à-vis des insectes piqueurs). Loin d’être un système figé, le pastoralisme mongol s’adapte continuellement aux contextes politiques, socio-économiques et environnementaux. Les programmes de fouilles archéologiques menés récemment ont démontré que la réponse aux difficultés liées à l’environnement steppique et au climat hyper-continental avait pu varier selon les époques entre des systèmes agropastoraux sédentaires, semi-sédentaires ou nomades. La compréhension des mécanismes impliqués dans l’évolution de la dynamique du pastoralisme mongol nécessite donc de s’intéresser aux relations homme-animal dans le passé. Cette archéologie de la mobilité, si délicate à percevoir, se trouve au coeur de ce projet, qui s’appuiera sur les outils de la biogéochimie isotopique. Les tissus des vertébrés enregistrent dans leur composition isotopique les traits de vie (alimentation, climat, déplacements) des populations humaines et animales du passé. Cette approche est utilisée depuis récemment en archéologie afin notamment de préciser les stratégies d’élevage mises en oeuvre par les populations humaines du passé. Mais l’interprétation des résultats reste trop souvent empirique et pâtit notamment d’une connaissance insuffisante de la distribution spatiale des signatures isotopiques des sources (alimentation, eau de boisson) disponibles pour les animaux. L’interprétation fine des profils isotopiques réalisés le long des tissus à croissance continue (poil, corne) ou prolongée (dents) nécessite donc la mise en place d’un référentiel local constitué d’animaux dont les parcours sont connus avec précision.
Ce projet vise à progresser dans la compréhension des pratiques d’élevage et de la mobilité des troupeaux en Mongolie aux périodes actuelles et anciennes. Il s’appuiera sur une approche intégrée de suivi des troupeaux actuels par GPS et d’analyse isotopique de leurs tissus sur un terrain, l’Altaï mongol, dans lequel notre équipe dirige des fouilles. Les analyses seront réalisées le long des tissus à croissance continue (poil, corne) ou prolongée (émail) de trois espèces domestiques (chèvre, mouton, cheval) afin de renseigner différents aspects de la gestion actuelle des troupeaux (saison et saisonnalité des naissances, âge au sevrage, affouragement, etc.). Le couplage des données satellitaires et isotopiques sur des troupeaux n’a jamais été tenté et permettra de tester l’hypothèse selon laquelle la composition isotopique des dents ou du poil peut être utilisée comme marqueur de la mobilité. Aux traceurs isotopiques classiquement utilisés (C, O, N) seront ajoutés des traceurs des déplacements des animaux (Sr), qui seront utilisés pour la première fois en Mongolie. Une fois validée, cette approche permettra d’étudier la variété des provenances des animaux découverts dans les tombes et l’évolution des pratiques d’élevage et de nomadisation entre l’âge du Bronze (début du 1er mill. av. n.e.) et la période Türk (fin du 1er mill. ap. n.e.)

Parcours
Master 2 Paléontologie, Sédimentologie, Paléoenvironnements à l’Université Claude Bernard Lyon 1.
Master 2 Histoire, Philosophie et Didactique des Sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1.

Principales publications
- Lazzerini, N., Lécuyer, C., Amiot, R., Angst, D., Buffetaut, E., Fourel, F., Daux, V., Betancort, J.-F., Flandrois J-P., Sánchez Marco, A., & Lomoschitz, A. (2016). Oxygen isotope fractionation between bird eggshell calcite and body water : application to fossil eggs from Lanzarote (Canary Islands). The Science of Nature, 103(9-10), 81.
- Angst, D., Amiot, R., Buffetaut, E., Fourel, F., Martineau, F., Lazzerini, N., & Lécuyer, C. (2015). Diet and climatic context of giant birds inferred from δ13Cc and δ 8Oc values of Late Palaeocene and Early Eocene eggshells from southern France. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 435, 210-221.