Partenaires

CNRS


Search


Home > In the headlines

Co-évolution bio-culturelle entre l’homme et l’animal : quand le développement de l’agriculture influence le génome des chiens

by Myriam Méziou - published on , updated on

Par Morgane Ollivier, Anne Tresset, Fabiola Bastian, Laetitia Lagoutte, Erik Axelsson, Maja Arendt, Adrian Balasescu, Marjan Marshour, Mikhail Sablin, Laure Salanova, Jean-Denis Vigne, Christophe Hitte, Catherine Hänni. Publié dans Royal Society Open Science, 9 novembre 2016.

A quel point le mode de vie humain a-t-il influencé le métabolisme des premiers animaux domestiqués ? L’étude, menée sur des spécimens anciens de chiens européens et asiatiques et pilotée par des chercheurs de l’ENS de Lyon, du CNRS et du MNHN, a permis de lever un coin du voile. Les résultats ont mis en évidence que contrairement à leur ancêtre le loup, les chiens ont acquis la capacité à digérer l’amidon via la duplication du gène Amy2B, il y a au moins 7000 ans. Cette aptitude coïncide avec une étape ancienne du développement de l’agriculture et reflète une adaptation à un changement alimentaire. Cette découverte constitue un exemple de co-évolution et reflète l’influence de la culture humaine sur le génome des premiers chiens.

Crâne et mandibule de chien provenant du site néolithique de Bercy (Paris, ca. 4000 av. J.-C.)
Crâne et mandibule de chien provenant du site néolithique de Bercy (Paris, ca. 4000 av. J.-C.)
J.-C. Domenech Musée de l'Homme

Ils en parlent :
- Science : Diet Shaped Dog Domestication
- Sciences et Avenir : Le développement de l’agriculture par nos ancêtres a modifié le génome des chiens
- France Inter : Sur les épaules de Darwin - Ecoutez l’émission Entre chien et loup
- CNRS : Institut des Sciences biologiques

View online : Lien vers l’article