Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Projets financés

Hargana

par Christine LEFEVRE - publié le , mis à jour le

Projet  : Histoire et Archéologie des Ressources biologiques et stratégie de Gestion vivrière de l’ArgaNeraie médiévale en montagne Anti-atlasique.


Idex Sorbonne Universités Pour l’Enseignement et la Recherche (SUPER)
Programme Convergences - Société et environnement : savoirs et enjeux 2014
Coordinateur : J.-P. Van Staëvel (Université Paris 4, UMR 8167 Orient et Méditerranée)
Responsable pour l’unité : M.-P. Ruas, co-responsable scientifique

*Keywords* : food crop diversity, archaeology, archaeobotany, archaeometry, zooarchaeology, argan tree, field processing, breeding, ethnobotany, history of technology, argan oil, Morocco, mountain, Middle Ages, agrosylvopatoral system.

Le programme de recherche interdisciplinaire HARGANA, qui réunit 6 partenaires français et marocains, est conduit dans le cadre des initiatives Convergence de la Communauté d’Universités et d’Établissements de Sorbonne Universités. Ce projet d’une durée d’un an a pour ambition d’étudier, pour la période médiévale, les ressources végétales et animales domestiques et sauvages de la population almohade d’Îgîlîz (Maroc, Anti Atlas) et les modalités de gestion et d’usage des terroirs et du territoire à travers l’exemple de l’arganier [Argania spinosa (L.) Skeels]. Espèce endémique dominante dans le paysage, l’arganier constitue, en effet, la base de l’économie vivrière et du système agro-pastoral tant des dévots, des guerriers et des paysans qui vivaient au 12e s. sur la montagne d’Îgîlîz, que des habitants du village actuel de Tifigit, au pied de la forteresse médiévale.

Le site archéologique d’Îgîlîz, est campé à 1350 mètres d’altitude à 60 km au sud-sud-est de Taroudant dans l’Anti-Atlas, région pré-saharienne du Maroc. L’arganeraie s’y trouve en limite orientale de son aire et y a atteint un stade dégradé steppique monospécifique (formations avec Euphorbia echinus et Artemisia herba-alba). Co-exploité avec l’orge de culture sèche (Hordeum vulgare) et les plantes de l’horticulture irriguée sur les versants aménagés en terrasses, sa récurrence dans les vestiges archéobotaniques de l’habitat almohade trahit un rôle majeur de cette ressource ligneuse, fourragère et oléagineuse.

Le site archéologique et le village constituent un observatoire archéologique, historique et ethnobotanique de premier plan pour étudier les pratiques d’exploitation du territoire cultivé et parcouru qui ont modelé les traits de l’arganeraie actuelle. Celle du Moyen Âge, peut-être plus diversifiée, sera étudiée directement à partir des formes de croissance des individus collectés pour leur bois (éco-anatomie quantitative) et indirectement grâce aux témoins bio-archéologiques de l’agro-horticulture, de la construction et de l’élevage (carpologie, anthracologie, archéozoologie). Les sources écrites médiévales seront convoquées pour recenser les techniques d’extraction de l’huile d’argan et ses usages. Elles seront complétées par les analyses archéométriques du mobilier lithique (meule, percuteurs) susceptibles de conserver des résidus oléagineux et des enquêtes ethnobotaniques auprès de habitants du village actuel sur les techniques et les outils/ustensiles liés à l’exploitation des arganiers et à l’extraction de l’huile d’argan. On tentera de comprendre comment la communauté almohade avait accès à une diversité agro-alimentaire dans un environnement de montagne semi-aride.

Le projet porte ainsi un regard pluridisciplinaire – archéologique (bâti, mobiliers lithique et céramique), archéobotanique (semences et bois), archéozoologique (ossements animaux), archéométrique (analyses moléculaires organiques, éco-anatomie quantitative), historique (textes arabes médiévaux) et ethnobotanique (chaîne technique d’extraction de l’huile et utilisation de l’arganier)– sur la stratégie agro-pastorale de gestion d’un territoire semi-aride que les habitants successifs de cette moyenne montagne ont développée au fil des siècles.


Équipes porteuses du projet dans la Comue Sorbonne-Universités :
- Université Paris 4 - UMR 8167, Orient et Méditerranée, équipe Islam médiéval
- Muséum national d’Histoire naturelle - UMR 7209, Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements (AASPE)


Partenariat scientifique :
- Université Paris 6 Pierre et Marie Curie - UMR 8233 CNRS-UPMC, De la Molécule aux Nano-objets : Réactivité, Interactions et Spectroscopies (MONARIS)
- Université de Montpellier 2 - UMR 5059 CNRS-UM2-EPHE, Centre de Bio-Archéologie et d’Écologie (CBAE)
- UMR 5648, Lyon - Université d’Al Jadida (Maroc)
- Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP, Rabat Maroc)


Équipe scientifique 2014 :
Hélène ANDRIANARINOSY, étudiante Master ethnobiologie – enquêtes ethnobotaniques
Ludovic BELLOT-GURLET, UPMC, UMR 8233, archéométrie Spectrométrie
Benoît CLAVEL, CNRS, UMR 7209, archéozoologie
Ahmed ETTAHIRI, INSAP, archéologie et textes
Abdallah FILI, Université El Jadida, UMR 5648, archéologie et textes
Morgane GODENER, doctorante UMR 8167, archéologie & base de données
Sarah IVORRA, CNRS, UMR 5059, archéobotanique
Michel LEMOINE, CNRS, UMR 7209, archéobotanique
Hervé MONCHOT, post-doctorant HARGANA, UMR 8167, archéozoologie
Céline PARIS, CNRS, UMR 8233, archéométrie, Spectrométrie
Jérôme ROS, post-doctorant HARGANA, UMR 7209, archéobotanique
Marie-Pierre RUAS, CNRS, UMR 7209, archéobotanique
Jean-Frédéric TERRAL, UM2, UMR 5059, archéobotanique
Jean-Pierre VAN STAËVEL, Univ. Paris 4, UMR 8167, archéologie et textes


Contacts : Jeanpierre.vanstaevel@parissorbonne.fr ou ruas@mnhn.fr


Présentation de la mission archéologique : « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen - Enquête archéologique sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne »
Programme de coopération archéologique dirigé par : Jean-Pierre Van Staëvel (Professeur, Université de Paris-Sorbonne, UMR 8167), Ahmed S. Ettahiri (Professeur, INSAP-Rabat), Abdallah Fili (Professeur, Université Chouaib Doukkali-El Jadida, UMR 5648).
Coopération internationale - MAEE, Casa de Velázquez, Paris-Sorbonne, Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS, Ministère de la Culture du Royaume du Maroc.
Ce programme archéologique est inscrit au titre des activités scientifiques de la Casa de Velázquez, de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (Ministère de la Culture du Royaume du Maroc) et du Centre Jacques Berque à Rabat.



Crédits photo : Jean-Pierre Van Staëvel (univ Paris 4, UMR 8167) et Marie-Pierre Ruas (CNRS, UMR 7209)


Principales publications relatives aux missions archéologiques :
Van Staëvel J.-P. & Fili A., 2006, « Wa-wasalnâ ‘alâ barakat Allâh ilâ Îgîlîz : à propos de la localisation d’Îgîlîz-des-Hargha, le hisn du Mahdî Ibn Tûmart », Al-Qantara, XVII, pp. 153-194.

Van Staëvel J.-P. & Fili A., 2008, « Oublier Îgîlîz : un cas d’amnésie volontaire dans la tradition historiographique almohade ? », Revue de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 1-23.

Van Staëvel J.-P., 2010 « La caverne, refuge de « l’ami de Dieu » : une forme particulière de l’érémitisme au temps des Almoravides et des Almohades (Maghreb extrême, XIe-XIIIe siècles) », Cuadernos de Madînat al-Zahrâ’, numéro spécial : Miscelanea de historia y cultura material de al-Andalus. Homenaje a Maryelle Bertrand, 7, pp. 311-325.

Ettahiri A. S., Fili A., Van Staëvel J.-P., 2011, « La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen (Maroc). Enquête archéologique sur une société de montagne, de la révolution almohade à la constitution des terroirs précoloniaux », Les Nouvelles de l’archéologie, numéro spécial sur La coopération archéologique française en Afrique. 2b. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge, 124, pp. 49-53.

Ruas M.-P., Tengberg M., Ettahiri A. S., Fili A. & Van Staëvel J.-P., 2011,« Archaeobotanical research at the medieval fortified site of Îgîlîz (Anti-Atlas, Morocco) with particular reference to the exploitation of the argan tree », Vegetation History Archaeobotany, 20, pp. 419–433.

Ettahiri A. S., Fili A., Van Staëvel J.-P., 2012, « Nouvelles recherches archéologiques sur la période islamique au Maroc : Fès, Aghmat et Îgîlîz », in Sénac, Philippe (éd.), Villa 4. Histoire et archéologie de l’Occident musulman (VIIe-XVe siècle) : Al-Andalus, Maghreb, Sicile, Série Études Médiévales Ibériques, Collection Méridiennes, Toulouse, CNRS, Université Toulouse Le Mirail, pp. 157-181.


Communication à des colloques et séminaire de recherche (bioarchéologie)
Ruas M.-P. & Tengberg M. 2010 - « Archaeobotanical research at the Medieval fortified site of Îgîlîz-des-Hargha (Anti-Atlas, southwest Morocco) with special attention to the use of the argan tree », 15th Conference of the International Work Group for Palaeoethnobotany, 31 mai-5 juin 2010 Wilhelmshaven (Allemagne), organisation : F. Bittmann, H. Jöns, S. Wolters, W. Kirleis, A. Kreuz, W. Dörfler & M.Rösch.

Ruas M.-P., Tengberg M., Ettahiri A., Fili A. & Van Staëvel J.-P., 2012 - « Medieval exploitation and use of the Argan tree in the “Arghen country”, southwestern Morocco », 13th Congress of the International Society of Ethnobiology (CISE), Session S05 “Tree domestication and dynamic linkages between tree crops and their wild or feral relatives in ancient and present agroecosystems”, session organisée par le GDR 3353 MOSAÏQUE & the Fruitmed project of Agropolis Foundation, 21-25 mai 2012 Montpellier.

Van Staëvel J.-P. & Ruas M.-P. 2013 - « Nouvelles approches archéobotaniques sur le Maroc médiéval et prémoderne : Le cas du site d’lgîlîz - Enjeux scientifiques et enjeux de formation », Colloque international L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux, organisation : département des affaires européennes et internationales, sous-direction de l’archéologie à la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication, Ministère des Affaires étrangères et participation de l’Institut national du patrimoine, 14-15 octobre 2013 INHA, Paris.

Ruas M.-P. & Van Staëvel J.-P., 2014 - « Les restes végétaux conservés dans les latrines : l’exemple d’Îgîlîz (Anti-Atlas, Maroc) et comparaisons », journée d’étude Lieux d’hygiène et lieux d’aisances au Moyen Age en terre d’Islam, organisation : UMR 5648, CIHAM, Coordination : P. Cressier, S. Gilotte (CIHAM / UMR 5648, ISH), & M.-O. Rousset (GREMMO / UMR5291, MOM), 18 mars 2014, Institut des sciences de l’Homme espace Marc Bloch, Lyon.

Ruas M.-P., Ros J., Terral J.-F., Ivorra S., Andrianarinosy H., Van Staëvel J.-P., Ettahiri A. & Fili A., 2014 - « History and archaeology of the argan tree in the Antiatlas Mountains (Morocco) », 20th annual meeting of the European Association of Archaeologists, session T04 Environment and Subsistence : Geosphere, Ecosphere and Human Interactions - T04S009 Into the wild : The exploitation of wild species and environments. 10-14 septembre 2014, Istanbul, Turquie.

Ruas M.-P., Ivorra S., Ros J. & Terral J.-F., 2014 - « Actualités des recherches archéobotaniques sur les habitats almohades d’Igiliz (Anti-Atlas, Maroc) », Table ronde nationale des 10e Rencontres d’archéobotanique, organisation : Sellami M.-F. INRAP, UMR 5059), Hallavant C. (CDD Terrae, Hadès, UMR 5608), Pradat B. (INRAP, UMR 7209) et Bouby L. (CNRS, UMR 5059), 24- 27 septembre 2014, Les-Eyzies-de-Tayac, Campagne (Dordogne, France).

Clavel B., Monchot H., Ettahiri A., Fili A., Ruas M.-P. & Van Staëvel J.-P., 2014 - « Alimentation carnée et élevage dans une communauté rurale montagnarde au Moyen Âge (Îgîlîz, Maroc) », XIe Colloque international « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord » « Hommes et animaux au Maghreb de la Préhistoire au Moyen Âge : explorations d’une relation complexe », organisation : LAMPEA, UMR 7269), LA3M, UMR 7298), CCJ, UMR 7299), IREMAM, UMR 7310), IRAA, USR 3155) et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM), 8-11 oct. 2014 Marseille - Aix-en-Provence.

Voir en ligne : Site de la mission