Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > À la une

Sépultures de chiens associées à des sépultures humaines dans les Petites Antilles à l’Âge du Néoindien ancien (500 av. – 600 ap. J.-C.)

par Christine LEFEVRE - publié le

Par Sandrine Grouard et Karyne Debue.

Dans les Antilles, la présence généralisée de restes de chiens sur les sites de la
période céramique ancienne Saladoïde soulève des questions sur le rôle de ce « 
meilleur ami de l’homme ». En effet, des chiens (Canis familiaris) ont été trouvés
aussi bien dans des zones de rejets, qu’enterrés aux côtés de sépultures humaines dans un certain nombre de sites des Petites Antilles. Ce document examinera ces restes de chiens de façon critique et décrira les morphologies particulières des chiens des sites amérindiens de l’île de Saint-Martin, l’archipel de la Guadeloupe, la Martinique et de l’île de Barbuda, dans une perspective archéozoologique.
Une discussion critique portera sur l’évolution des changements des modèles
culturels, comme celui de la chute drastique des chiens enterrés pendant les
périodes archéologiques plus tardives, Troumassoïde et Suazoïde, des sites des
Antilles françaises. Enfin, la discussion portera sur la dualité du rôle du chien
dans le monde Saladoïde, à la fois source de nourriture et compagnon de vie.