Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > À la une

Pastoralism in Northern Peru during Pre-Hispanic Times : Insights from the Mochica Period (100–800 AD) Based on Stable Isotopic Analysis of Domestic Camelids

par Christine LEFEVRE - publié le

Le lama (Lama glama ) et l’alpaga (Vicugna pacos) sont les seuls grands animaux domestiques endémiques d’Amérique. Le pastoralisme occupe une place centrale et fondamentale dans la vie économique, sociale et religieuse andine.

alpaga puna - @Elise Dufour
Aujourd’hui les troupeaux de camélidés domestiques sont confinés à l’écozone de la puna située dans les hautes terres andines au-dessus de 3500 m. Cependant, la présence de ces animaux dans des sites archéologiques hors de la puna suggère des pratiques pastorales différentes dans le passé. Ainsi, de nombreux restes de camélidés domestiques datant la période Mochica (100-800 après J.C.) ont été mis au jour sur la côte nord du Pérou, et ce malgré des conditions environnementales– aridité, influence catastrophique de l’instabilité ENSO - peu propices à l’élevage. Il était jusqu’à présent communément admis que les animaux ne pouvaient avoir été élevés localement : ils parvenaient à la côte grâce aux caravanes impliquées dans les échanges verticaux entre les étages andins. L’étude archéozoologique et géochimique réalisée au sein de l’UMR 7209 et de l’UMR 8096 apporte pour la première fois la preuve directe d’un élevage hors de la puna. Les restes de camélidés domestiques analysés sont issus de contextes funéraires de deux sites mochicas (la Plate-forme Uhle des Huacas de Moche et El Brujo). L’histoire individuelle à long terme et durant la phase juvénile des animaux a été reconstruite par l’analyse combinée des teneurs en isotopes stables des dents et de l’os. Des histoires de vie complexes et diverses ont été mises en évidence, avec des changements ontogénétiques d’alimentation et une possible mobilité résidentielle pour certains animaux. Le maïs représentait une part importante de l’alimentation des adultes. Les Mochicas, déjà connus pour leur architecture monumentale, la très grande qualité de leur céramique et la mise en place d’un système d’irrigation très complexe, avaient donc adapté leurs pratiques d’élevage aux conditions désertiques de la côte. Cette étude souligne la complexité du pastoralisme andin, variable dans le temps et l’espace, et apporte un exemple des capacités adaptatives remarquables de l’homme à son environnement.

Elise Dufour
Muséum national d’Histoire naturelle-CNRS, UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements, Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité, Paris

Nicolas Goepfert
Claude Chauchat
CNRS-Paris 1, UMR 8096 Archéologie des Amériques, Nanterre

Tombe Mochica - @Claude Chauchat - Programme International Moche

Voir en ligne : Lire l’article