Partenaires

CNRS


Search


Home > In the headlines

Regard pluriel sur les plantes de l’héritage arabo-islamique en France (XIIe-XVe siècles)

by Christine LEFEVRE - published on , updated on

Communication de Marie-Pierre Ruas, Perrine Mane, Charlotte Hallavant, Carole Puig, Bénédicte Pradat, Jérôme Ros, Aline Durand, Danièle Alexandre-Bidon et Mohammed Ouerfelli, le 14 septembre 2013 au colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, en partenariat avec Marseille-Provence 2013-Capitale européenne de la culture, le MuCEM et la Villa Méditerranée.

Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne - Archéologie, histoire, anthropologie.

Au cours du Moyen Âge, plusieurs plantes exotiques d’origine orientale sont adoptées dans le patrimoine agro-alimentaire des populations occidentales. En France méridionale, les premières attestations dans des sites médiévaux de restes carpologiques (semences) de sorgho (Sorghum bicolor Moench.) et d’épinard (Spinacia oleracea L.) ont soulevé la question de leur origine géographique, de leur exploitation locale et du statut social des consommateurs. Le dépouillement des sources écrites révèle une palette de nouvelles plantes apportées et introduites en France du sud grâce au commerce avec le monde musulman. Or certaines d’entre elles sont déjà enregistrées en Occident par des semences dans les niveaux grecs et romains de plusieurs sites : melon, figue, dattes, grenade, abricot, riz, voire sorgho.

L’objectif de cette communication est de croiser les informations de plusieurs sources - textes de nature différente, iconographie et semences archéologiques- afin de mieux cerner et d’établir la part de l’héritage arabo-islamique dans le patrimoine végétal occidental et d’en discuter les modalités de diffusion, d’introduction, d’adoption comme culture et consommation. On tentera aussi de repérer l’emploi de ces plantes dans les pratiques culinaires, médicales, voire religieuses.

View online : Voir la vidéo