Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Thèses de l’UMR > Thèses soutenues

Thèse de Jérôme ROS

par Christine LEFEVRE - publié le , mis à jour le

Sujet de thèse : Agrobiodiversité, pastoralisme, terroirs et patrimoines vivriers en Roussillon de la Protohistoire au Moyen âge : archéobotanique et ethnoarchéologie. Thèse soutenue le 15 novembre 2013.

Doctorat du Muséum National d’Histoire Naturelle, Ecole doctorale "Sciences de la Nature et de l’Homme".

- Ros Jérôme
Directeurs de thèse : M.-P. Ruas, C. Raynaud (UMR5140, Lattes).
Contact : ros.jerome@gmail.com


Composition du jury :

Dr. Laurent Bouby, CNRS, UMR 5059 Centre de Bioarchéologie et d’Ecologie, Montpellier, Examinateur

Prof. Jean-Pierre Devroey, Université Libre de Bruxelles, Belgique, Rapporteur

Dr Christine Rendu, CNRS, UMR 5136, France méridionale et Espagne : histoire des sociétés du Moyen-Âge à l’époque contemporaine, Toulouse, Examinatrice

Dr. Claude Raynaud, CNRS, UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéenes, Lattes, co-Directeur de thèse

Dr Marie-Pierre Ruas, CNRS, UMR 7209, Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements Paris, Directrice de thèse

M. Jérôme Kotarba, INRAP, Perpignan, Membre invité

Prof. Margareta Tengberg, MNHN, UMR 7209, Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements Paris, Examinatrice

Prof. Jean-Frédéric Terral, Université Montpellier 2, UMR 5059 Centre de Bioarchéologie et d’Ecologie, Montpellier, Rapporteur


Résumé :

Au cours des vingt dernières années, suite à de nombreuses opérations d’aménagement du territoire et, notamment, de ses axes de communication (Barrage de l’Agly et LGV Roussillon), le département des Pyrénées-Orientales a connu une période d’investissement important dans le domaine archéologique. Si le Roussillon apparaissait alors comme largement déficitaire en données concernant l’archéologie agraire, les études archéobotaniques menées sur quarante sites de plaine et de montagne permettent aujourd’hui de présenter une première synthèse sur les pratiques agropastorales et les espèces exploitées dans cette région (800 av. n. è. A 1500 de n. è.).


Les échantillons étudiés ont permis d’enregistrer du matériel carpologique, essentiellement conservé par carbonisation, dont l’abondance varie selon les sites. Triticum aestivum/turgidum et Hordeum vulgare étaient les principales céréales cultivées localement, au côté de diverses céréales de printemps (Panicum miliaceum, Setaria italica). Les découvertes de restes d’Avena sativa et de Secale cereale suggèrent également que ces plantes pourraient avoir été cultivées en Roussillon dès les premiers siècles du Moyen-Âge. Les légumineuses, moins communes que les céréales, sont essentiellement représentées par Vicia sativa, Pisum sativum, Vicia faba var. minor et Lathyrus cicera/sativus. Les deux fruitiers les plus fréquents dans les échantillons étudiés sont Vitis vinifera et Olea europea, bien qu’une diversité appréciable de fruitiers cultivés/cueillis ait été exploitée (Corylus avellana, Ficus carica, Juglans regia, Pinus pinea, Pistacia lentiscus, Prunus avium/cerasus, Prunus persica, Prunus domestica, etc).


Le statut des zones humides dans cette région méditerranéenne est également discuté. En effet, les études géomorphologiques comme les sources textuelles démontrent qu’à la fin de la période médiévale, la défluviation de certains cours d’eau et le drainage des étangs ont conduit à la création d’un faciès de plaine plus sec, encore observable de nos jours. La découverte dans plusieurs occupations médiévales de carporestes de Linum usitatissimum, Humulus lupulus et Cannabis sativa, en relation avec plusieurs espèces de Cypéracées (Eleocharis palustris, Schoenoplectus lacustris, etc) autorise à discuter de l’utilisation de ces zones humides, aujourd’hui disparues, pour la mise en culture, voire la transformation de ces espèces.


Après une discussion sur l’évolution des productions végétales de montagne et de plaine de l’âge du Fer au Moyen Âge, ces premiers résultats pour la Catalogne septentrionale sont comparés à ceux obtenus dans d’autres sites archéologiques de régions voisines (e.g., France méditerranéenne, Catalogne méridionale).

Mots clés : Carpologie - France méditerranéenne - Roussillon - Âge du Fer - Antiquité - Moyen Âge - Agriculture - Morphométrie géométrique